• Questions fréquentes
  • Discuter en ligne
  • Téléphoner
  • Envoyer un e-mail

Sevrage et diversification

Trouver le bon rythme pour vous et votre bébé

Le passage du sein au biberon est souvent perçu comme une période délicate pour le bébé et sa mère. Pourtant, pour que tout se passe bien, il suffit de beaucoup d'amour et d'un peu d'organisation.

Le sevrage se fait en douceur, à votre rythme et à celui de votre bébé. L'idéal est de commencer à remplacer une tétée par un biberon tous les deux ou trois jours. Si vous le pouvez, il est conseillé de préparer le tout premier biberon avec votre propre lait pour faciliter cette transition.

Du sein au biberon : une transition en douceur

Arrêter l'allaitement vous rend un peu triste ? Rassurez-vous, votre bébé et vous allez vivre ce moment à votre rythme.

Une étape sereine

Vous allaitez votre bébé depuis sa naissance et avez noué des liens très forts. Il est donc normal que le passage du sein au biberon vous chagrine un peu et quelques conseils peuvent vous aider lors de cette étape.

Quel est le bon moment ?

De la naissance à 6 mois, votre lait est le seul aliment dont votre bébé a besoin. Nestlé vous encourage à allaiter le plus longtemps possible pour que votre bébé profite de tous les bienfaits que votre lait procure. Puis, dès le 6ème mois, la diversification alimentaire peut commencer. La part du lait dans l'alimentation de votre bébé va diminuer pour faire place à l'introduction de nouveaux aliments.

Le plus important est d´être à l´écoute de vos propres sentiments. Le moment où vous décidez d´arrêter d´allaiter est un choix personnel. Afin de vous accompagner dans cette décision, n´hésitez pas à demander conseil à des professionnels : votre pédiatre, une puéricultrice, une sage-femme…

Souvent, le sevrage est associé à la reprise du travail. Mais rien ne vous y oblige : vous pouvez concilier allaitement et travail si vous le souhaitez.

Quand vous et votre bébé serez prêts tous les deux à franchir le pas, vous le saurez. Si votre bébé commence à tourner la tête quand vous lui présentez le sein, ou « croque » votre mamelon, c’est sûrement un signe.

Un rythme adapté

Le sevrage se fait en douceur, à votre rythme et celui de votre bébé. L´idéal est de commencer par remplacer une tétée par un biberon tous les deux ou trois jours. Choisissez les heures où vous avez le moins de lait : en fin d´après-midi puis en milieu de matinée. La tétée du matin sera supprimée en dernier.

Les bébés ont tous des réactions différentes lors de ce premier biberon : certains se montrent curieux, d´autres hésitent un peu plus. Il se peut que votre bébé prenne un air étonné pour vous faire comprendre qu´il préfère votre sein. Soyez patiente : cette étape de transition dure en moyenne 15 jours et vous avez toujours la possibilité de ralentir le rythme si nécessaire ou de faire machine arrière.

Quant au choix du lait infantile, il se fait en accord avec votre pédiatre ou votre médecin : n´hésitez pas à lui demander conseil. Il vous indiquera les dosages et la formule qui conviennent le mieux à votre enfant, en particulier en cas d´éventuels troubles digestifs.

Petits conseils pour réussir la transition

  • Préparez le tout premier biberon avec votre propre lait : ainsi, votre bébé sera moins dérouté.
  • Ne forcez pas sur les quantités au biberon : vous pourrez les augmenter progressivement.
  • Si vous pratiquez l´allaitement mixte (sein et biberon), proposez toujours le sein en premier avant de passer au biberon.
  • Ne forcez pas votre bébé à prendre la tétine s´il rechigne un peu. C´est normal, le biberon est tout nouveau pour lui. Soyez patiente, vous pourrez renouvelez la tentative plus tard.
  • Si nécessaire, essayez plusieurs tétines afin de trouver celle que votre bébé aimera le plus. Ou optez pour une tétine physiologique dont la forme rappelle celle du mamelon.
  • Et enfin, place aux câlins et aux mots doux : il n´y a rien de mieux que votre chaleur pour rassurer votre enfant.

Le biberon : un nouveau rituel

Le lait maternel étant idéal pour votre enfant, il est recommandé d'allaiter le plus longtemps possible. Le passage du sein au biberon change vos habitudes quotidiennes, mais est aussi l'occasion de créer une nouvelle complicité avec votre bébé.

La préparation des biberons

Préparer un biberon n´est pas compliqué, mais demande quelques précautions qui vont très vite devenir des réflexes.

L´hygiène est essentielle. Premier réflexe à adopter : lavez-vous soigneusement les mains à l´eau et au savon. Ensuite, vient l´étape de la stérilisation du biberon, de la tétine et de la bague : après les avoir nettoyés, plongez-les 5 minutes dans l´eau bouillante.

Le biberon se prépare juste avant le repas. Pour la santé de votre bébé, suivez exactement le mode de préparation et de conservation indiqué par votre marque de lait infantile.

Vérifiez toujours la température du lait avant de donner le biberon à votre bébé : il risquerait de se brûler. Pour cela, versez-en une goutte sur l´intérieur de votre poignet, une zone particulièrement sensible.

Donner le biberon

Lorsque vous êtes prête à donner le biberon à votre bébé, installez-vous confortablement dans un endroit calme. La bonne position pour votre bébé est semi-allongé, lové au creux de votre bras. Pour plus de confort, vous pouvez utiliser un coussin (classique ou d´allaitement) afin de bien le caler.

Quant au biberon, il faut le tenir légèrement incliné de façon à ce qu´il n´y ait pas d´air dans la tétine. S´il y a des bulles dans le biberon, desserrez légèrement la bague.

Quand votre bébé commence à téter, respectez son rythme. Certains bébés aiment faire des pauses et un petit rot en cours de tétée, d´autres non. Soyez attentifs à ses mimiques. Profitez-en pour lui répondre avec des petites caresses et des mots doux.

Quand votre bébé a terminé

Lorsque votre enfant aura terminé, il vous le fera comprendre. S'il n'a pas fini son biberon, ne le forcez pas. Retirez le biberon, et redressez bébé en le prenant contre vous, la tête légèrement au-dessus de votre épaule. Caressez-lui doucement le dos pour l'aider à faire son rot : cela lui permet d´évacuer les bulles d´air avalées. S'il ne fait pas son rot, rassurez-vous, ce n´est pas grave : veillez simplement à le garder en position verticale une dizaine de minutes avant de l´allonger à nouveau.

Impliquer la famille

Vous n’êtes plus nécessairement la seule à lui donner à manger, toute la famille et même des personnes extérieures peuvent en profiter : le papa, le grand frère ou la grande sœur, les grands-parents, la nounou…

Une diversification alimentaire réussie

À partir de 6 mois, le lait seul ne suffit plus à répondre aux besoins de votre bébé. Sa part diminue progressivement dans son alimentation qui commence à se diversifier avec l'introduction d'aliments solides. Voici les sept clés de la réussite vers ce nouveau régime alimentaire.

1. Procédez par étapes

La première étape lorsqu'il s'agit de décider si votre bébé est prêt pour l'introduction d'aliments solides est d'observer son développement général. Peut-il se tenir assis avec de l'aide ? Tourner la tête pour montrer qu'il a terminé ? Ces signes peuvent vous aider à déterminer quand il est prêt à commencer une introduction d'aliments solides.

Pour compléter les nouveaux besoins alimentaires de votre bébé, vous pouvez commencer à lui donner progressivement des céréales, puis des purées de carottes, haricots verts, épinards, courgettes, blancs de poireaux… ainsi que des compotes de pommes, poires, bananes ou abricots.

Pour les autres aliments, il faudra attendre un peu car certains peuvent déclencher des réactions allergiques. C´est le cas par exemple des fruits rouges (à partir de 8 mois uniquement) ou des fruits exotiques (à partir de 12 mois).

Entre 7 et 9 mois, vous pouvez ajouter des protéines animales dans ses petits plats. Au menu : une cuillérée de viande (poulet, dinde, veau, jambon…), de poisson (cabillaud, lieu, colin…) ou d’œuf (uniquement le jaune).

À partir de 1 an, votre bébé mange quasiment de tout. Il peut consommer des légumes secs, les fruits exotiques (ananas, kiwi, mangue…) ou du chocolat.

2. Introduisez un aliment à la fois

Afin de pouvoir détecter une éventuelle allergie, proposez à votre bébé un seul nouvel aliment à la fois et attendez trois jours avant de lui en faire goûter un autre. C´est le délai de réaction de l´organisme. Par exemple, si vous lui proposez une purée de carottes le lundi, vous pourrez lui proposer une purée d'épinards le jeudi.

3. Adaptez les quantités

Votre bébé commence à manger de tout, mais en petites quantités. La capacité de son petit estomac est encore limitée, alors inutile de le forcer à manger de trop grosses portions. Au début, faites-lui goûter une seule cuillerée de compote : c´est suffisant.

Même principe pour la viande : à 7-9 mois, un bébé se contentera d´une cuillérée à café de viande ou de poisson bien mixé. Vous augmenterez progressivement les quantités : comptez environ 20 g par jour à 12 mois.

4. Variez les textures

Au début de la diversification, proposez à votre bébé uniquement des textures bien lisses, mixées ou moulinées. Celles-ci lui permettent de développer son appareil masticatoire. Puis, lorsque ses premières dents apparaissent, il peut découvrir des consistances différentes, qui le préparent progressivement aux aliments solides. Vers 7 mois, vous pouvez ainsi lui faire goûter des aliments écrasés à la fourchette. À partir de 8-10 mois, des petits morceaux bien fondants pourront agrémenter ses purées.

Pensez également à varier les présentations. Même pour les bébés, chaque nouveau petit plat sera une vraie surprise : rien de tel pour aiguiser son appétit.

5. Utilisez une cuillère adaptée

Les gencives de votre bébé sont fragiles : il faut donc lui donner à manger avec une cuillère en plastique souple et adaptée à la taille de sa bouche. Evitez absolument les petites cuillères à dessert en inox qui pourraient le blesser. Et s´il refuse la petite cuillère, soyez patient et réessayez plus tard.

6. Evitez les ajouts de sel et de sucre

Inutile de saler ou sucrer les petits plats de votre bébé. Et évitez par exemple de lui proposer des boissons sucrées ou d´ajouter du sucre dans ses petites compotes maison.

7. Soyez à l'écoute

Ne forcez pas votre bébé à manger, et respectez son appétit. S'il refuse de goûter la purée de légumes que vous lui avez préparée, réessayez le lendemain. Enfin, si vous avez des questions, n´hésitez pas à demander conseil à votre pédiatre.

Les refus alimentaires

C'est tout un univers de nouvelles saveurs et textures que votre bébé découvre. Il est donc normal qu'il refuse parfois certains aliments. Avec un peu de patience, votre bébé appréciera son nouveau régime alimentaire.

A partir de 1 an : une façon de s'affirmer

Votre bébé sait parfaitement vous faire comprendre qu´il n´aime pas sa purée d´épinards : grimace, bouche fermée, assiette poussée... Rassurez-vous : cela ne veut pas dire qu´il est difficile, mais simplement qu´il s’affirme. Maintenant, il comprend qu´il a un pouvoir de décision (j´aime/je n'aime pas). C´est le début de la fameuse phase du « non ». Des refus qui expriment plus un désir d´autonomie qu´un refus de manger.

Soyez persévérant, proposez-lui au moins 8 fois avant de décider que votre enfant n'aime vraiment pas cet aliment. Tous les aliments qu'il a rejetés peuvent lui être à nouveau proposés quelques jours plus tard avec d'autres aliments qu'il apprécie.

A partir de 2 ans : le rejet de la nouveauté

Vers 2 ans, de nombreux enfants ont les mêmes préférences alimentaires : ils adorent les pâtes, le riz et les pommes de terre mais font la moue devant une assiette de légumes. Et si vous essayez de lui faire découvrir un aliment qu´il ne connaît pas encore, c´est le refus systématique. C´est ce qu´on appelle la « néophobie alimentaire ». Elle est plus ou moins marquée selon les enfants, et ne disparaît que vers 6 et 7 ans. La solution : patience et sérénité.

Les bonnes habitudes alimentaires

Si votre enfant est décidé à ne pas manger, ne le forcez pas, mais ne lui proposez pas d'autres aliments que ceux que vous aviez choisis. Cela peut être difficile à faire la première fois, mais il comprendra vite qu'il doit manger ce que vous lui donnez s'il ne veut pas avoir faim plus tard. Il existe aussi de nombreuses astuces pour qu'il change d´avis, en voici quelques-unes :

  • Soignez la présentation de son assiette. Un bonhomme en purée de légumes, avec des yeux en rondelles de carottes et une bouche en haricot vert, c´est sûr, cela ne peut que lui donner envie de goûter.
  • Prenez votre temps lors des repas. Votre enfant sera plus enclin à manger si les repas se passent dans le calme, en famille, et s´il n´est pas déconcentré par une agitation ambiante, ou la télévision.

Une alimentation saine après 2 ans

A partir de 2 ans, un enfant fait quatre repas réguliers et mange presque comme les grands. Alors installez-le à table avec vous, dans sa chaise haute. Il adorera vous voir goûter plein de nouveaux aliments et n´aura qu´une envie : vous imiter. Donnez-lui l´exemple en vous servant des portions adaptées d'aliments sains, comme des légumes. C'est ainsi qu'il prendra de bonnes habitudes alimentaires.